Pour offrir le
partage des sens... ”

Notre Salle de Séminaire : "le nid"

Un nid , c'est un endroit douillet et protecteur où naissent les oiseaux mais pas que.

Dans un nid on peut faire éclore tant de choses : les idées , les sérieuses , les créatives , les loufoques, les avant-gardistes. On peut aussi aider les gens à se découvrir, à se recentrer, à se rencontrer, à s'associer pour faire de belles choses , pour être plus forts ensemble.

Nous avons créé un espace où l’âme et le cœur sont à leur place .

Il sert à toutes nos manifestations. Nous pouvons aussi vous le prêter, vous le louer c'est à discuter. Faite un saut : vous serez envoûtés : vous entrez et vous êtes pris dans un tourbillon de bien être par toutes ces âmes et ces mains aimantes qui ont construit cet endroit.

Notre actualité
en dedans, en dehors !

La Fete de l'osier

Fin février, l'hiver tire sur la fin . Certes il aura encore des manifestations de vigueur .Mais voilà ça nous fait sourire. Le calendrier nous rassure le 15 mars , à la Saint Joseph , l'hirondelle sera là , conquérante.

Ces jours ci , nous les vignerons, dompteurs de rêves du domaine Latapy nous humons l'air frais , plein de frémissements. Nos corps mâchés pensent avec soulagement à poser  sécateurs , opinels ..

Nos reins gémissent, nos épaules se voûtent plus que de raisons, nos mains boudinées aspirent voir avril laisser le coucou courir léger et moqueur étirer les bourgeons.

Pourtant , nous sommes heureux d'admirer nos princesses corsetées d'osier. Elles attendent que nous les sustentions et que nous les chaussions en chatouillant les rosettes qui poussent à leurs pieds. Elles écoutent le vent, ce pourvoyeur de rêves, Elles rêvent de cette saison si douce où nous les coiffons et les poudrons pour que s'accomplisse encore la magie de la fécondation.
Elles attendent cette prochaine époque où nous pourrons manger les fraises et les mûres des bords des routes car mécanisation ne voudra plus dire pollution. Vous pouvez me croire.

Cette révolution , nous la vivons déjà en ne faisant plus rimer développer avec gaspiller, exister avec consommer.


Tout ça, nous voulons le partager

 

nous proposons une journée de découverte du vignoble en ce moment si particulier,

 

La journée est organisée en ateliers

 

taille ;

 

liage

 

reconnaissance des comestibles sauvage

 

ateliers composition fleurs sauvages ?

 

Connaissance de la famille « alix alba

 

 

 

 

dégustation

 

 

restauration possible (cuisine végétarienne)sur reservation

 

 

replis en intérieur en cas de mauvais temps

 

 

danse trad avec Espartenhas

 

 

inauguration du « refuge des bourdons » Cabane adossée à la foret, récemment réhabilitée pour passer une nuit dans un cadre champêtre et désuet , au cœur du vignoble en face les montagnes. Équipée comme une cabane de berger , elle offre une bulle temporelle pour un retour à l'essentiel

 

Mardi de l'insolite

Le mardi 25 juillet, nous accueillerons, sous les frondaisons des chênes et des chataigners voisins de nos vignes,  Cyntha  Chicorp et son nouveau spectacle  "Auba" . Un solo de danse contemporaine plein de mystère, de sensualité et doésie et de feminité....

Papotage

DU BEAU MONDE ! Il y avait du beau monde ce matin dans les vignes. Pendant la réparation du pulvérisateur que j'avais maltraité lors de la dernière utilisation, l'ambiance était des plus sérieuse.Le temps était gris. Après trois semaines de très fortes chaleurs, nous espérions un orage mais il fallait faire vite. Soudain, un coup de vent a tiré le rideau qui cachait les montagnes. A cet instant, le spectacle fut époustouflant. Elles était là à deux pas, illuminées par le soleil avec des contrastes de couleurs mettant en exergue tous les accidents du relief. Les chevaux du coteau en face hennissaient. C'était grandiose. J'en profitais avec émotion. Puis, la journée repris son cours. A la vigne, le sol humide requérait toute ma concentration. Après quelques tours, je pu me concentrer sur l'observation des vignes tout en conduisant ; et je me rendis vite compte que je n y'était pas seule. L'ambiance était plutôt romantique, ce matin là. Quelques abeilles butinaient les fleurs retardataires.La famille papillon était au grand complet : piéride du choux, vulcain, petite tortue, bombyx du chêne, paon de jour et quelques autres de leurs cousins à qui je n'avais pas eu le plaisir d'être présentée. Deux d'entre eux d'ailleurs, s'occupaient à la multiplication de l'espèce et je les vis, fascinée, voler l'un soulevant l'autre. De nombreuses larves de coccinelles s'étiraient paresseusement sur les feuilles du bas bien étalées. Pendant une manœuvre, je vis tel un éclair au ras du sol, deux lézards se poursuivre en se mordant. Ça chauffait sec, il y avait sûrement de l'amour volage dans l'air : un papa lézard dissipé ou une maman trop charmeuse. Allez savoir ! Une demoiselle libellule en corset rayé jaune et noir faisait la belle et m'accompagna sur une jolie distance ; je profitais alors de la brillance de son costume. Une sauterelle fit l'hélicoptère pour me prouver qu'elle était plus leste que moi. Ses cousins criquets préparaient les épreuves de saut en hauteur des prochains jeux olympiques. Quand aux cicadelles, eudémis et autres petites bêtes, ils profitaient de cette fraîche matinée pour un papotage dont le fond sonore de mon véhicule m'interdisait de profiter.Puis la chaleur augmentant, chacun repartit se cacher et je finis mon travail seule. A une autre fois ! En lire +

Papotage

DU BEAU MONDE ! Il y avait du beau monde ce matin dans les vignes. Pendant la réparation du pulvérisateur que j'avais maltraité lors de la dernière utilisation, l'ambiance était des plus sérieuse.Le temps était gris. Après trois semaines de très fortes chaleurs, nous espérions un orage mais il fallait faire vite. Soudain, un coup de vent a tiré le rideau qui cachait les montagnes. A cet instant, le spectacle fut époustouflant. Elles était là à deux pas, illuminées par le soleil avec des contrastes de couleurs mettant en exergue tous les accidents du relief. Les chevaux du coteau en face hennissaient. C'était grandiose. J'en profitais avec émotion. Puis, la journée repris son cours. A la vigne, le sol humide requérait toute ma concentration. Après quelques tours, je pu me concentrer sur l'observation des vignes tout en conduisant ; et je me rendis vite compte que je n y'était pas seule. L'ambiance était plutôt romantique, ce matin là. Quelques abeilles butinaient les fleurs retardataires.La famille papillon était au grand complet : piéride du choux, vulcain, petite tortue, bombyx du chêne, paon de jour et quelques autres de leurs cousins à qui je n'avais pas eu le plaisir d'être présentée. Deux d'entre eux d'ailleurs, s'occupaient à la multiplication de l'espèce et je les vis, fascinée, voler l'un soulevant l'autre. De nombreuses larves de coccinelles s'étiraient paresseusement sur les feuilles du bas bien étalées. Pendant une manœuvre, je vis tel un éclair au ras du sol, deux lézards se poursuivre en se mordant. Ça chauffait sec, il y avait sûrement de l'amour volage dans l'air : un papa lézard dissipé ou une maman trop charmeuse. Allez savoir ! Une demoiselle libellule en corset rayé jaune et noir faisait la belle et m'accompagna sur une jolie distance ; je profitais alors de la brillance de son costume. Une sauterelle fit l'hélicoptère pour me prouver qu'elle était plus leste que moi. Ses cousins criquets préparaient les épreuves de saut en hauteur des prochains jeux olympiques. Quand aux cicadelles, eudémis et autres petites bêtes, ils profitaient de cette fraîche matinée pour un papotage dont le fond sonore de mon véhicule m'interdisait de profiter.Puis la chaleur augmentant, chacun repartit se cacher et je finis mon travail seule. A une autre fois ! En lire +