Pour offrir le
partage des sens... ”

Notre Salle de Séminaire : "le nid"

Un nid , c'est un endroit douillet et protecteur où naissent les oiseaux mais pas que.

Dans un nid on peut faire éclore tant de choses : les idées , les sérieuses , les créatives , les loufoques, les avant-gardistes. On peut aussi aider les gens à se découvrir, à se recentrer, à se rencontrer, à s'associer pour faire de belles choses , pour être plus forts ensemble.

Nous avons créé un espace où l’âme et le cœur sont à leur place .

Il sert à toutes nos manifestations. Nous pouvons aussi vous le prêter, vous le louer c'est à discuter. Faite un saut : vous serez envoûtés : vous entrez et vous êtes pris dans un tourbillon de bien être par toutes ces âmes et ces mains aimantes qui ont construit cet endroit.

Notre actualité
en dedans, en dehors !

Les Flâneries Gourmandes

Tout au long de l'année lors de vos rassemblements professionnels, associatifs ou familiaux, nous pouvons vous accueillir .pour un moment hors du temps

  • balade didactique dans les vignes avec les commentaires appropriés

  • initiation à  la dégustation et présentation de nos vins

  • repas préparé par nos amies "paysannes"( nous bâtirons le menu ensembles)

    Prévoyez toujours des vêtements adaptés au chaud, au froid et au mouillé...même si nous faisons tout pour garantir votre confort......au plaisir de vous faire découvrir mon paradis..........

La Mansenguine

Nous referons cette année encore un dimanche de vendanges avec des chants et de la musique à danser. la date est à fixer. toutes les infos sur notre page FB....

Papotage

DU BEAU MONDE ! Il y avait du beau monde ce matin dans les vignes. Pendant la réparation du pulvérisateur que j'avais maltraité lors de la dernière utilisation, l'ambiance était des plus sérieuse.Le temps était gris. Après trois semaines de très fortes chaleurs, nous espérions un orage mais il fallait faire vite. Soudain, un coup de vent a tiré le rideau qui cachait les montagnes. A cet instant, le spectacle fut époustouflant. Elles était là à deux pas, illuminées par le soleil avec des contrastes de couleurs mettant en exergue tous les accidents du relief. Les chevaux du coteau en face hennissaient. C'était grandiose. J'en profitais avec émotion. Puis, la journée repris son cours. A la vigne, le sol humide requérait toute ma concentration. Après quelques tours, je pu me concentrer sur l'observation des vignes tout en conduisant ; et je me rendis vite compte que je n y'était pas seule. L'ambiance était plutôt romantique, ce matin là. Quelques abeilles butinaient les fleurs retardataires.La famille papillon était au grand complet : piéride du choux, vulcain, petite tortue, bombyx du chêne, paon de jour et quelques autres de leurs cousins à qui je n'avais pas eu le plaisir d'être présentée. Deux d'entre eux d'ailleurs, s'occupaient à la multiplication de l'espèce et je les vis, fascinée, voler l'un soulevant l'autre. De nombreuses larves de coccinelles s'étiraient paresseusement sur les feuilles du bas bien étalées. Pendant une manœuvre, je vis tel un éclair au ras du sol, deux lézards se poursuivre en se mordant. Ça chauffait sec, il y avait sûrement de l'amour volage dans l'air : un papa lézard dissipé ou une maman trop charmeuse. Allez savoir ! Une demoiselle libellule en corset rayé jaune et noir faisait la belle et m'accompagna sur une jolie distance ; je profitais alors de la brillance de son costume. Une sauterelle fit l'hélicoptère pour me prouver qu'elle était plus leste que moi. Ses cousins criquets préparaient les épreuves de saut en hauteur des prochains jeux olympiques. Quand aux cicadelles, eudémis et autres petites bêtes, ils profitaient de cette fraîche matinée pour un papotage dont le fond sonore de mon véhicule m'interdisait de profiter.Puis la chaleur augmentant, chacun repartit se cacher et je finis mon travail seule. A une autre fois ! En lire +

Papotage

DU BEAU MONDE ! Il y avait du beau monde ce matin dans les vignes. Pendant la réparation du pulvérisateur que j'avais maltraité lors de la dernière utilisation, l'ambiance était des plus sérieuse.Le temps était gris. Après trois semaines de très fortes chaleurs, nous espérions un orage mais il fallait faire vite. Soudain, un coup de vent a tiré le rideau qui cachait les montagnes. A cet instant, le spectacle fut époustouflant. Elles était là à deux pas, illuminées par le soleil avec des contrastes de couleurs mettant en exergue tous les accidents du relief. Les chevaux du coteau en face hennissaient. C'était grandiose. J'en profitais avec émotion. Puis, la journée repris son cours. A la vigne, le sol humide requérait toute ma concentration. Après quelques tours, je pu me concentrer sur l'observation des vignes tout en conduisant ; et je me rendis vite compte que je n y'était pas seule. L'ambiance était plutôt romantique, ce matin là. Quelques abeilles butinaient les fleurs retardataires.La famille papillon était au grand complet : piéride du choux, vulcain, petite tortue, bombyx du chêne, paon de jour et quelques autres de leurs cousins à qui je n'avais pas eu le plaisir d'être présentée. Deux d'entre eux d'ailleurs, s'occupaient à la multiplication de l'espèce et je les vis, fascinée, voler l'un soulevant l'autre. De nombreuses larves de coccinelles s'étiraient paresseusement sur les feuilles du bas bien étalées. Pendant une manœuvre, je vis tel un éclair au ras du sol, deux lézards se poursuivre en se mordant. Ça chauffait sec, il y avait sûrement de l'amour volage dans l'air : un papa lézard dissipé ou une maman trop charmeuse. Allez savoir ! Une demoiselle libellule en corset rayé jaune et noir faisait la belle et m'accompagna sur une jolie distance ; je profitais alors de la brillance de son costume. Une sauterelle fit l'hélicoptère pour me prouver qu'elle était plus leste que moi. Ses cousins criquets préparaient les épreuves de saut en hauteur des prochains jeux olympiques. Quand aux cicadelles, eudémis et autres petites bêtes, ils profitaient de cette fraîche matinée pour un papotage dont le fond sonore de mon véhicule m'interdisait de profiter.Puis la chaleur augmentant, chacun repartit se cacher et je finis mon travail seule. A une autre fois ! En lire +